Zheng Ruolin: La communauté intellectuelle française a un besoin urgent de se mettre à jour dans sa compréhension de la Chine.

[Note: Ceci est la traduction en français de l’article de M. Zheng Ruolin, ancien journaliste au Wenhuibao (Shanghai) et chercheur à l’Institut de Recherches sur la Chine de l’Université de Fudan. La version original chinoise peut être consultée sur ce blog])

 

L’historien français Christian Henriot (nom chinois An Keqiang) a récemment publié une tribune dans Le Monde, critiquant les universités françaises pour l’insuffisance de la recherche sur la Chine, qui n’est pas à la mesure du statut géopolitique de la Chine au 21e siècle. Cela a suscité l’attention du milieu universitaire français et des discussions dans les cercles de recherche des relations sino-françaises en Chine.

“L’état de confusion” découle de l’ambivalence envers la Chine

Le professeur Christian Henriot est un spécialiste reconnu de l’histoire moderne de la Chine, il enseigne à l’Université de Lyon II en France [correction : Aix-Marseille Université] et a publié beaucoup d’ouvrages sur ce sujet. Dans son article, il mentionne que le grand écrivain français Malraux avait entrevu la perspective du développement de l’histoire de l’humanité en 1967, et croyait que « l’ère chinoise » était arrivée. Christian Henriot a écrit dans son article : « La Chine d’aujourd’hui est une puissance politique, économique, militaire et technologique. Face à la montée en puissance de la Chine dans de multiples domaines, avons-nous développé davantage notre capacité à comprendre la Chine ? Avons-nous contribué à approfondir la connaissance et enrichir l’information de la société française sur la Chine ? De toute évidence, non…”

Le professeur Christian Henriot, en se plaçant du point de vue de l’histoire, a souligné deux points : d’une part, les institutions universitaires françaises ne comptent que des experts en langue et littérature chinoises au sein des départements de chinois, et les recherches sur d’autres domaines tels que l’histoire, la société, la politique, la technologie et le droit en Chine sont très superficielles et le nombre de chercheurs est gravement insuffisant ; d’autre part, bien que les universités françaises aient toujours formé de jeunes étudiants cherchant à étudier la Chine, le gouvernement et la société française n’ont pas offert aux chercheurs les “débouchés” nécessaires, ce qui a conduit, à l’exception de très peu d’entre eux, à ce que la plupart des diplômés changent de voie ou partent à l’étranger… Ce qui a pour conséquence que la France, grande puissance européenne, a toujours une connaissance de la Chine — qui depuis le 21ème siècle s’est rapidement développée — qui laisse le pays dans un état de confusion et d’ignorance.

Sur la base de l’expérience personnelle de l’auteur, qui a travaillé et vécu en France pendant plusieurs décennies, la critique du professeur  Christian Henriot est largement fondée, et ce phénomène est également très représentatif en Europe. En examinant de plus près, nous découvririons que les causes de ce phénomène sont à la fois inévitables dans le développement historique de l’Orient et de l’Occident, et en même temps, il s’agit d’une situation délibérément construite par les élites politiques de la France et de l’Europe. La France a été le deuxième plus grand empire colonial au monde. Elle a toujours eu une double attitude envers la Chine, qui est loin à l’Est : d’une part, elle a toujours été “très attentive” – le missionnaire et sinologue français Jean-Baptiste Du Halde a été le premier auteur européen à publier une “Description géographique, historique, chronologique, politique, et physique de l’empire de la Chine” ; la France dirigée par le général de Gaulle a également été le premier grand pays occidental à établir des relations diplomatiques globales avec la Chine. Mais d’autre part, la France entretient toujours une relation ambiguë avec la Chine dans la pratique, et nous pouvons citer une série d’exemples pour prouver que la France ne “prête pas une grande attention à la Chine” en réalité… comme le chanteur européen Francis Cabrel l’a chanté, “Je t’aime… moi non plus…”.

De par sa culture, la France accorde en effet une grande importance à la Chine. Depuis le XVIIIe siècle, les chercheurs français spécialisés dans l’étude de la Chine se sont principalement concentrés sur les domaines de la langue et de la littérature. Cependant, d’autres aspects de la Chine ne sont pas considérés. Aujourd’hui, le professeur Christian Henriot critique le fait que les universités françaises se limitent toujours à l’étude de la langue et de la littérature chinoises, ce qui correspond à un manque généralisé d’intérêt de la part du monde politique et de la société française pour d’autres domaines de la Chine.

La France et la Chine n’ont pas de conflit géopolitique, les deux pays ne sont ni alliés ni ennemis, ce sont deux pays sans lien situés aux extrémités du continent eurasiatique, et cela peut être l’une des raisons pour lesquelles la France n’a pas accordé suffisamment d’importance à l’étude de la politique chinoise jusqu’au début de ce siècle.

Une “ligne rouge” de “vision négative de la Chine”

En France, le phénomène des jeunes étudiants qui étudient la Chine mais qui n’ont pas “d’avenir” n’est pas nouveau. Prenons l’exemple de Lionel Vairon, l’auteur du livre “Défis chinois”. Ce docteur en langue chinoise et en science politique était non seulement compétent en chinois, mais il avait également une connaissance approfondie de l’histoire, de la culture, de la politique et de la diplomatie chinoises, et il était également un diplomate. Mais cet expert de la Chine a longtemps été incapable de mettre ses compétences à profit dans le domaine de la diplomatie concernant la Chine. Il a été envoyé en tant que diplomate au Cambodge, au Laos, en Thaïlande, en Irak, etc., mais il n’a jamais eu l’occasion de travailler en Chine ou dans un domaine lié à la Chine. Ce n’est que lorsqu’il est retourné dans son pays après avoir travaillé au ministère des Affaires étrangères pendant plus de dix ans et qu’il a enseigné à l’université en tant que professeur qu’il a eu l’occasion d’étudier “en amateur” la Chine et d’écrire plusieurs ouvrages sur la Chine.

Actuellement, de nombreux jeunes Français apprennent le chinois. Les examens de langue chinoise font également partie des langues étrangères facultatives de l’examen d’entrée au lycée en France. Cela montre que les Français sont intéressés et veulent apprendre le chinois. Cependant, le phénomène selon lequel il est impossible de trouver une “voie” pour étudier la Chine malgré l’apprentissage du chinois n’a pas fondamentalement changé. D’après mes informations, parmi les personnes qui étudient la politique chinoise, Paul Jean-Ortiz (chinois: 燕保罗) est le seul à avoir été nommé conseiller diplomatique du président (sous le gouvernement Hollande). Mais il n’y a qu’un seul exemple de ce type.

Bien que la France publie chaque année des livres sur la Chine, comme le livre d’Alain Peyrefitte “Quand la Chine s’éveillera”, qui a eu une influence énorme en 1972, il n’y a pratiquement plus de tels livres depuis un demi-siècle. Parler de la Chine et écrire sur la Chine est devenu une action “marginale”. Pourquoi ? Parce que l’influence de la Chine a diminué ? En réalité, c’est tout le contraire. La Chine est devenue la deuxième plus grande économie du monde. Est-ce que les Français ne s’intéressent plus à la Chine ? En fait, la jeune génération française qui essaie d’apprendre le chinois bat des records historiques. Alors pourquoi les études sur la Chine sont-elles en recul ? C’est un énorme point d’interrogation sans réponse. Ou plutôt, il y a de nombreuses réponses, peut-être même trop.

L’une des réponses que j’ai trouvées est la ligne rouge de la “rectitude politique”. La raison importante pour laquelle il y a si peu d’experts de la Chine en France et si peu d’institutions pour les étudier est que la recherche sur la Chine est limitée par une ligne rouge de “rectitude politique”, toute personne qui franchit la ligne rouge est rejetée à différents degrés.

À la fin du siècle dernier, alors que j’étais journaliste résident pour le journal “Wen Hui Bao” à Shanghai en Chine, les milieux académiques et médiatiques français avaient déjà établi une “ligne rouge” de la “politique correcte” à suivre concernant la Chine. En raison de mes fonctions professionnelles, j’ai eu l’occasion de côtoyer de nombreux “experts chinois” en France. Il était clair que seuls les universitaires qui faisaient des commentaires négatifs sur la Chine étaient favorisés par les médias français et régulièrement invités à s’exprimer sur la Chine. De nombreux sinologues et experts en études chinoises français ont commencé à apprendre le chinois et à étudier la Chine dans les années 60 et 70. À l’époque, la Chine traversait une période très particulière, et beaucoup d’entre eux sont allés à Taïwan, à Hong Kong et même au Japon pour apprendre le chinois. Il est difficile de savoir s’ils ont également été influencés politiquement.

Leur “négation” de la Chine provient principalement de deux points de vue unilatéraux : premièrement, que la Chine n’est pas un “pays démocratique” ; deuxièmement, que la Chine “ne respecte pas les droits de l’homme”. Ces deux “négations” conduisent inévitablement à un résultat : qu’il est nécessaire de faire des commentaires négatifs sur la Chine. Pascal Boniface, directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) en France, m’a dit que Valérie Niquet, une “sinologue” qui a travaillé à l’IRIS et dirigé les affaires chinoises et asiatiques, avait publié des articles prédisant la chute imminente de la Chine dans la publication de l’IRIS pendant sept ans consécutifs. Le problème est que ces sept années – du milieu des années 90 jusqu’au début de ce siècle – sont précisément l’une des périodes de développement le plus rapide de la Chine. Boniface, en colère, l’a licenciée. Mais elle a ensuite été engagée par un autre institut de recherche important pour continuer à travailler comme “experte des questions chinoises”. Aujourd’hui, Niquet reste l’une des expertes les plus influentes (bien sûr, anti-chinoise) en France sur les questions concernant la Chine.

Ne transmettez pas aux générations suivantes un héritage intellectuel négatif.

Sous l’influence de cette ligne rouge de “regard négatif sur la Chine”, l’opinion publique française et de nombreux citoyens ordinaires ont toujours une compréhension très partielle de la Chine, “ne voyant que les arbres sans voir la forêt”. Cependant, les nouvelles qui montrent la situation réelle de la Chine sont de plus en plus positives. Par exemple, la station spatiale chinoise en orbite, la réduction massive de la pauvreté en Chine, l’avantage technologique pris par les voitures électriques chinoises… Toutes ces nouvelles sont délibérément ignorées. Dans ce contexte, étudier la Chine uniquement sous un angle négatif fait de la recherche sur la Chine une entreprise déséquilibrée. Lorsque j’étais en France, j’ai rencontré un groupe de jeunes “sinologues” français de la nouvelle génération. Ils ressentais tous qu’il était impossible d’étudier objectivement la Chine dans les milieux académiques français. En raison du manque d’attention portée à l’étude de la Chine et de la pression de la ligne rouge du “politiquement correcte”, la recherche sur les problèmes chinois en France manque de personnel et d’institutions.

Pourquoi les cercles médiatiques français continuent-il de regarder négativement la Chine ? La raison est que certaines personnes en leur sein ont une certaine peur de la Chine. Cette peur ne vient pas de la crainte que la Chine envahisse la France, mais précisément de l’incapacité à comprendre, à reconnaître la vitesse, les perspectives et les capacités de développement de la Chine. Un simple fait est que la France a été une grande puissance technologique globale, avec les “quatre grandes inventions” modernes de la France – le TGV le plus rapide du monde, l’avion supersonique Concorde, la centrale nucléaire la plus avancée technologiquement et le terminal Minitel Internet grand public le plus précoce au monde – qui ont attiré l’attention du monde entier. Mais après des décennies de réforme et d’ouverture, la Chine est maintenant en avance sur la France dans de nombreux domaines. Le développement de la Chine, qui a dépassé les attentes de la France, est l’un des facteurs qui provoque anxiété et peur dans certains cercles médiatiques et intellectuels français.

La France et certains pays européens ont une attitude ambivalente envers le développement rapide de la Chine. Ils craignent à la fois que la Chine, devenue puissante, ne déploie une certaine forme d’expansion à l’instar de l’Europe à l’époque du colonialisme, et qu’ils ne soient pas capables de rivaliser dans de nombreux domaines, et se retrouvent dans une position passive. Dans ce contexte, les élites politiques françaises et européennes ont développé une attitude de fuite – elles ne veulent pas faire face à la réalité de la Chine. Le manque d’experts et d’institutions de recherche sur la Chine est donc devenu quelque chose de “positif” : ils préfèrent ne pas avoir de chercheurs, plutôt que de voir trop d’experts sur les questions chinoises apparaître, surtout ceux qui ne suivent plus leur « bâton de commande ». Parce que plus il y a d’experts sur les questions chinoises, plus il y a de risques de déviation, et plus l’objectivité dans la présentation de la Chine sera susceptible d’affecter l’opinion publique. Si une image de la Chine réelle et positive apparaissait dans les cercles médiatiques européen, le choc serait énorme.

Par conséquent, ce phénomène en France ne disparaîtra pas à court terme. Ce n’est pas que les chercheurs n’ont pas la capacité, mais que certaines personnes ne veulent pas connaître la Chine telle qu’elle est vraiment. Il en va de même pour d’autres pays européens. Il s’agit d’un facteur psychologique qui agit de manière néfaste.

Face à cette situation, nous ne pouvons pas nous en tenir à l’ignorer avec une attitude de “laisser faire”. Si nous restons inactifs, la prochaine génération de Français et d’Européens maintiendra une attitude “négative” et “dénigrante” en traitant avec la Chine. Cela est préjudiciable au développement futur des relations sino-françaises et sino-européennes. Nous ne pouvons pas laisser cet héritage négatif à la prochaine génération. Par conséquent, nous devons appeler à haute voix : le professeur Christian Henriot a raison, la France devrait renforcer sa recherche et sa compréhension de la Chine, et former davantage de “sinologues” – en particulier des “sinologues” capables de comprendre objectivement la Chine. Seulement ainsi, les relations sino-françaises et sino-européennes pourront se développer de manière plus efficace et mutuellement bénéfique. C’est aussi la mission historique de notre génération.

(L’auteur est un ancien grand reporter en France pour Wen Wei Po (Wenhuibao) et chercheur à l’Institut de Chine de l’Université de Fudan

Source : https://mp.weixin.qq.com/s/uOJi5iRj7PePkrEPdWdhbg

环球时报 郑若麟 中国驻法国大使馆 2023-02-17 12:09 Posted on 法国



Cite this blog post
Christian Henriot (2023, February 18). Zheng Ruolin: La communauté intellectuelle française a un besoin urgent de se mettre à jour dans sa compréhension de la Chine. Blog Virtual Shanghai. Retrieved April 18, 2024, from https://doi.org/10.58079/v8jj

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search